Encore du KM à Charleroi ce jeudi 19 avril !
Pour les PME et les autres aussi !

Capitaliser et gérer la connaissance dans les petites structures

 

KM est un acronyme hermétique pour certains, qui signifie tout simplement

« gestion de la connaissance » …

 

La traduction ne réduit cependant pas la « distance » ni la saisie de ce que cela implique pour les dirigeants confrontés aux challenges d’un monde en globalisation accélérée. 

Sans oublier une dématérialisation galopante qui se répand au sein d’un univers virtuel bien réel et de plus envahissant, à l’intérieur duquel (mais cela a-t-il encore un sens de parler ainsi ?) les consommateurs prennent le contrôle.

 

Dans tout cela, les entreprises finissent par ne plus représenter que des noyaux, ou nodes en bon langage technique, pour lesquels on retrouve, sur certains sites d’analyse, le détail  de vos prestations: des figures de performances similaires à ce que l’on applique aux activités des réseaux sociaux !

 

Pour assurer l’aboutissement d’une stratégie qui tienne compte de cela, la première ressource sur laquelle on doit pouvoir compter, c’est le capital intellectuel. En d’autres termes, une collection d’ « attitudes connaissantes » …

« Attitudes » qu’il faudra amener à construire avec vous une « culture organisationnelle ».

 

Le panel d’experts aujourd’hui constitué vient parler en termes simples, et de manière très pratique  -il s’agit de praticiens chevronnés sur le terrain, en entreprises de toutes tailles, y compris TPE et PME-  de ce qu’il faut très exactement faire pour aborder la problématique KM   -qui n’est pas réservée aux grandes entreprises, bien loin de là-  quand on veut se développer de manière plus assurée et, surtout, sans frais supplémentaires !

On devrait plutôt parler d’économie voire même de gains immédiats quand on peut ainsi affronter les problématiques de choix sociaux ET techniques avec « intelligence » (elle est collective), « agilité » (la problématique du changement), « rapidité » (le temps réel) …

 

Le programme de cette journée a été conçu comme un pack de dynamite pour TPE / PME!

 

C’est vrai que l’informatique on ne peut plus s’en passer, mieux que cela, c’est un véritable instrument de déploiement des affaires mais dont on n’apprécie pas à suffisance le potentiel!

 

Pourquoi !?

 

Parce que, bien avant d’envisager les solutions TIC, le capital humain s’impose. Mais dans une dimension qu’il n’est pas toujours facile de cerner. Et puis sur laquelle il faut faire le point de manière pratique dans le sens le plus opérationnel du terme.

 

Pour en revenir au début, ce qui fait généralement problème, c’est que la gestion des connaissances se définit trop souvent comme n'étant que l'ensemble des techniques permettant d'identifier, d'organiser, de stocker et de fournir des connaissances aux membres d'une organisation, en particulier les savoirs créés par la structure elle-même et / ou acquis à l'extérieur.

Cette interprétation incomplète peut dangereusement limiter les initiatives KM dans de nombreuses organisations :  "si c'est de cela qu'on parle, on n'a ni le temps ni l'argent à y consacrer ...  "

 

Voyons les choses de manière très pratique : cela commence avec les acteurs de l'organisation qui ne doivent pas se limiter à consommer de l'information. Il faut qu'ils en soient également producteurs dans l'échange pour pérenniser la capitalisation des connaissances. Dans un contexte ainsi bien compris, les échanges devenant une pratique courante, la gestion de la connaissance fera rapidement partie de la culture d'entreprise et les moyens ajoutés pour améliorer les "scores" seront rapidement assimilés à toutes les autres bonnes pratiques.  

La gestion des connaissances est aujourd'hui considérée comme une activité prioritaire dans les structures innovantes, marchandes ou non. De plus en plus souvent, la force d'une structure réside en effet dans son capital intellectuel et le "savoir-faire et être" de ses membres : une expression de l'identité de la structure active, plus proche de ses clients et partenaires, qui persiste dans l'innovation et garantit de solides positionnements dans le marché.  

Cet atelier, longtemps discuté entre partenaires expérimentés, a pour but de vous familiariser avec les concepts du sujet et de voir comment ils peuvent aussi s'adapter dans les structures non marchandes.

Des administrations de l'emploi, la police fédérale, de petites communes,... s'y attèlent déjà. Ou parfois depuis longtemps. Et vous ?
 

Les experts rassemblés ce jour vous aideront à faire le point sur 5 aspects essentiels :

·         la maîtrise du capital humain dans la croissance pour l’adaptabilité et l’usage des «outils» ;
·        
la dimension de ce même capital humain dans les relations numériques et l’innovation ; ·         le modèle de gestion cohérent pour affronter le changement puisque le point critique dans l’évolution d’une PME passe par le contrôle de sa croissance ;
·         un modèle de recrutement pour les TPE / PME ;
·         quels sont les nouveaux profils que nous préparent les hautes écoles et quelles sont les tendances pour évoluer dans le sens de la rencontre avec les nouveaux métiers.

 

Avec le concours des experts (ordre alphabétique) :

Mme Houria Grana (AIMS International)

et Messieurs

Jean Meleux (BBM International, France)

André-Yves Portnoff (Futuribles International, France)

Jean-François Raskin (IHECS et RTBF)

Daniel C. Renson (FBC>s et WBM)
 

 

 

Le deuxième opus de Solutions Business se tiendra ce 19 avril 2007 prochain au centre de congrès La Géode de Charleroi.
1500 dirigeants, cadres et responsables issus du tissu régional,  privé  et  public,  sont  attendus  lors  de  cette manifestation où le Networking sera de rigueur.
Le but: rassembler le maximum d'entrepreneurs et cadres qui croient dans la force des réseaux pour faire des affaires. Voir « 
Forum KM pour PME » à cette adresse : http://www.solutions-business.be/

 

 
FBC-e / FBC>s copyright 2005-2009

> HOME PAGE